Comprendre son cerveau pour exploiter ses points forts : apprenez à façonner votre potentiel !

Pour trouver sa place et évoluer dans la société, il est essentiel d’avoir conscience de son potentiel.  Comprendre qui vous êtes et connaître ses forces et ses limites est un atout indispensable, que ce soit pour votre carrière professionnelle ou dans votre vie privée. Le but de cet article sera d’améliorer votre clairvoyance pour augmenter votre potentiel en corrigeant vos faiblesses.

Pour ce faire, je vous propose de partir à l’exploration de votre boîte crânienne et de lever un des nombreux et mystérieux voiles entourant le cerveau humain et son fonctionnement. Mon objectif, hormis la volonté de partager sur un thème que je trouve fascinant, est qu’au terme de cette lecture, vous puissiez vous comprendre un peu mieux et diagnostiquiez avec plus d’aisance le potentiel qui sommeille en vous.

Hémisphère gauche et hémisphère droit, comment ça marche ?

Notre cerveau est une entité composée de deux hémisphères, ayant chacune des fonctions bien précises.  Pour résumer leurs fonctions grossièrement, l’hémisphère gauche de notre cerveau serait le cerveau de la logique, de l’analyse, quand l’hémisphère droit serait le siège de la pensée spontanée, la créativité et l’imagination.

De la même façon que certaines personnes sont droitières et d’autres gauchères, tout le monde n’exploite pas son cerveau de la même façon et utilise un hémisphère plus spontanément que l’autre. Je vous propose de découvrir en quelques lignes comment reconnaître un « cerveau gauche » face à un « cerveau droit ».

Reconnaître les cartésiens de gauche

Blague mise à part, une vérité s’inscrit dans le titre de ce paragraphe. Comme je l’ai évoqué plus haut, parmi ses nombreuses fonctions, l’hémisphère gauche de notre cerveau est celui de l’analyse. Les cerveaux gauches sont les personnes dont le bureau est parfaitement ordonné, ceux qui prennent soin de relire trois fois un e-mail avant de commencer à penser à leur réponse ou encore ceux qui vont organiser leur liste de courses avec un système de numérotation et des sous parties par rayons.

Dans les faits, la fonction majeure de l’hémisphère gauche est d’organiser l’information et de l’analyser. C’est de cet hémisphère que proviennent votre sens critique et votre capacité de faire des démonstrations basées sur la logique. Dans la pratique, si un cerveau gauche à une tâche à accomplir, il ne posera pas la question de savoir s’il a l’envie de faire la chose : il la fera parce qu’il doit la faire. D’ailleurs, cette notion de devoir fait partie des mécanismes de réflexion inerrant à l’hémisphère gauche.

En résumé, si vous vous reconnaissez dans cette description c’est que votre hémisphère gauche est prédominant sur votre hémisphère droit. Si ce n’est pas le cas, pas d’inquiétude ! Les deux hémisphères de notre cerveau fonctionnent et communiquent ensemble, donc au fond de vous sommeille tout de même un esprit d’analyse pointu qui ne demande qu’à être sollicité !

Identifier les intuitifs de droite

Le cerveau droit, en opposition à son voisin qui prend tout son temps pour analyser une situation, fonctionne de façon plus puissante puisqu’il agit en suivant son instinct. L’hémisphère droit est le temple de la créativité et l’imagination. Les cerveaux droits sont les musiciens rêveurs qui flânaient sur les bancs du lycée tandis que vous, à gauche, prépariez vos fiches pour réviser votre bac de physique.

Les cerveaux droits pensent d’abord avec leurs émotions et sont donc dotés d’une grande sensibilité. Ils sont d’ailleurs souvent associés aux professions artistiques. L’empathie est une de leur qualité, et ils ont un excellent sens de l’observation.

Dans les processus de réflexion, les cerveaux droits sont de puissants associés, car ils explorent de nombreuses pistes à la fois, là où le cerveau gauche segmente l’information pour l’étudier morceau par morceau. Mais ce qui fait d’eux d’excellents « élèves » c’est leur envie d’apprendre. Cette curiosité insatiable qui les alimente et les pousse à atteindre des niveaux d’excellence dans leurs domaines. En résumé, développer son hémisphère droit permet donc d’améliorer sa vision globale et sa capacité d’adaptation.

Les nuances centristes

Avant d’aller plus loin, il est important de bien comprendre que malgré la distinction très nette de deux hémisphères aux fonctions propres, notre cerveau reste une seule et même entité dont les deux pôles fonctionnent de concert et communiquent en permanence.

Dans les faits, qu’est ce que ça veut dire ? Cela signifie que vous n’êtes pas uniquement un analyste fan de chiffre qui va prévoir un tableau Excel à chaque fois qu’il budgète ses vacances, ou encore un innovateur de génie travaillant dans un foutoir de paperasse non triée. Il existe des milliers de nuances qui font de vous des personnes uniques aux qualités complémentaires. Cet outil de développement personnel vous aidera à mieux vous comprendre mais ne doit pas être interprété rigoureusement au pied de la lettre (avis aux cerveaux gauches !).

Comment reconnaître quel hémisphère prédomine notre cerveau ?

Si vous ne vous êtes pas encore reconnu dans la partie précédente, il existe des dizaines de tests simples qui peuvent vous aider à décrypter lequel de votre hémisphère a pris le pas sur l’autre. Ces tests pullulent sur internet et peuvent se présenter sous la forme de questionnaires ou de vidéo. Le questionnaire de cette plateforme en ligne fait cela très bien en vous fournissant un résultat assez précis accompagné d’une explication détaillée sur votre « profil ».

Sinon, il faut appliquer quelques techniques routinières et faire un petit travail sur soi pour trouver où l’on se situe. Rien de bien affolant rassurez-vous, avec un peu d’entrainement cela deviendra vite une habitude. Je vous suggère de commencer par prendre le temps de sonder vos pensées pour faire le point sur votre comportement (bah ouais).

L’important c’est de prendre conscience de vos mécanismes de réflexion. Pour cela il vous suffit d’être parfaitement honnête avec vous-même et d’analyser votre façon de réfléchir. Songez à vos réactions du quotidien, ce sont souvent à travers elles que l’on peut reconnaître quel hémisphère à l’ascendant.

Par exemple, lorsque vous regardez un film, êtes vous tenaillé par l’émotion ou analysez vous la qualité du jeu d’acteur ? Êtes-vous ponctuels ou avez-vous tendance à être en retard ? Comment agissez-vous en situation d’urgence ? Posez-vous les bonnes questions lorsque vous repasserez votre attitude au scanner et tâchez de déterminer des schémas de réaction récurrents. Ensuite, si vous vous référez aux traits de personnalité présentés dans les descriptifs ci-dessus, vous devriez avoir une piste et commencer à deviner de quel côté est-ce que votre cerveau penche.

Diagnostiquer son potentiel grâce à cette connaissance.

Maintenant que nous avons défini les caractéristiques de chaque hémisphère et reconnu le profil qui vous correspond, il est temps de rentrer dans le cœur du sujet. Pouvons-nous optimiser nos facultés et augmenter notre productivité grâce à cette connaissance ? Oui, j’en suis convaincu.

D’une manière générale, avoir conscience de nos défauts nous permet de travailler sur eux pour tendre à les corriger. Connaître l’ampleur de nos émotions nous permet de les appréhender ou les contrôler lorsque cela est nécessaire. Savoir où sont situées nos limites nous permet d’anticiper les situations difficiles et de doser vos efforts pour économiser de l’énergie.

Nous pourrions formuler cela sous de nombreuses formes que le fond resterait le même : le savoir, c’est le pouvoir. Les possibilités sont presque infinies. Vous pourrez lire de nombreuses études sur la connaissance de soi (je développerais sans doute le sujet dans un autre article) qui appuieront mes propos. Je recommande d’ailleurs la chaîne Youtube Trans-formation de Steve Abd Al-Karim qui traite le sujet sous de nombreuses formes avec un discours accessible au contenu de qualité.

Pour en revenir à nos moutons, je vous propose de lister quelles sont les principales qualités et faiblesses (liées à l’environnement professionnel) associées aux deux hémisphères de notre cerveau.

Comprendre les forces de chaque hémisphère.

GAUCHE

  • Concentré : le cerveau gauche ne se disperse pas, il exécute les tâches les unes après les autres en restant parfaitement concentré.

  • Organisé : le parfait planificateur qui peut orchestrer des groupes entiers.

  • Orienté résultat : le cerveau gauche réagit très bien aux objectifs qu’il comprendra et atteindra efficacement.

  • Bilingue : le cerveau gauche est aussi celui du langage ! Il apprendra facilement à communiquer.

  • Intégré : socialement parlant, les cerveaux gauches s’intègrent très facilement. En fait, dans la culture occidentale, environ 80% de la population à une inclinaison à exploiter son cerveau gauche plus que le droit, aussi le cerveau gauche se reconnaît en ses pairs et se fond parfaitement dans le moule.

DROIT

  • Monté pour l’action : possède une forte adaptabilité doublée d’une capacité naturelle à réagir rapidement.

  • Multitâche : capacité à traiter plusieurs sujets ou informations en même temps.

  • Créatif : les cerveaux droits sont les meilleurs ingénieurs et innovateurs.

  • Observateur : possède un excellent sens de l’observation et un œil pour les détails.

  • Original : doté d’une pensée marginale qui sort des sentiers battus et un esprit très ouvert.

 

Reconnaître les faiblesses de chaque hémisphère.

GAUCHE

  • Borné : Un cerveau gauche dominant n’est qu’un bon soldat, sans imagination ni créativité, ce qui l’empêchera parfois de trouver des solutions simples à des problèmes du quotidien.

  • Apprentissage douloureux : Le cerveau gauche est séquentiel (mono-tâche) donc ses capacités d’assimilation sont limitées lorsqu’on le sollicite beaucoup.

  • Lent : cette façon de traiter l’information de manière séquentielle, de l’analyser systématiquement fait des cerveaux gauches de mauvais hommes d’action qui manquent de capacité d’exécution.

  • Prévisible : il manque de spontanéité, car ses actions sont routinières ; le cerveau gauche sera toujours désespérément là où on l’attendra.

DROIT

  • Endurance : les nombreuses pensées traitées par les cerveaux droits peuvent les épuiser rapidement s’ils ne travaillent pas dans un cadre qui leur correspond.

  • L’incompris : sa créativité parfois mal reçue ou bridée peut créer de la frustration et parfois mener jusqu’à un sentiment d’isolement.

  • Dispersé : resté concentré est difficile pour les cerveaux droits à cause du flux incessant de pensées qui leur traverse l’esprit.

  • Manque de rigueur : vous l’aurez compris le cerveau droit est désordonné et mal attentif, ce qu’il le conduit à manquer de ponctualité ou à l’incapacité de respecter des délais.

 

Travailler sur ses défauts pour devenir meilleurs

Nous l’avons démontré, si vous avez conscience de vos lacunes il vous est possible de travailler sur elles pour tendre à les corriger. Pour ce faire il vous est possible de faire à la fois des efforts mentaux, et des efforts concrets. Pour commencer, parlons du travail à faire sur votre esprit : chaque soir, prenez quelques instants pour faire le point sur votre journée et repensez à vos réactions.

Analysez votre comportement pour en déduire les aspects à améliorer. Posez-vous des questions ouvertes et tâchez d’y répondre avec franchise, et les réponses vous apparaîtront naturellement. C’est un travail quotidien qui demande de se remettre en question régulièrement et d’accepter ses lacunes, ce qui n’a rien d’aisé. Le mieux que vous puissiez faire pour progresser de ce côté-là, c’est de vous offrir le luxe d’être parfaitement honnête avec vous-même.

D’autre part, pour ce qui est du concret, il est possible de solliciter l’un des hémisphères de son cerveau en pratiquant des activités qui lui sont associé. Par exemple pour développer votre cerveau gauche, pratiquez la lecture et l’écriture. Jouez à des jeux de sociétés, faites des sudokus. Travaillez vos langues ou apprenez à maîtriser l’informatique. Forcez-vous à écouter des conférences ou suivre des tutoriels en entier – d’autant plus que cela sera très enrichissant pour votre culture personnelle et votre bien-être.

Pour les cerveaux droits en revanche, prenez le temps de méditer quelques minutes chaque jour, pratiquez le yoga et apprenez à écouter vos émotions. Essayez-vous au dessin ou à la peinture et écoutez régulièrement de la musique pour laisser glisser votre esprit au son des notes.

Je recommande également la découverte et l’apprentissage de la PNL qui développent la sensibilité et les capacités d’observation (je vous mets un lien explicatif pour ceux qui ne sont pas familiers avec ce terme). Voilà, que ce soit à travers des activités concrètes ou par l’analyse de vos propres actions, il vous est désormais possible de travailler sur vos points faibles en sollicitant votre hémisphère le plus faible.

Quelles utilisations pouvons-nous faire de ces informations dans la sphère professionnelle ?

Chaque personne à son propre domaine de prédilection, vous l’aurez compris, que ce soit par la qualité de leurs compétences ou bien du fait qu’un de leur hémisphère domine l’autre. Aussi, à tous les niveaux hiérarchiques, cet outil d’analyse (cerveau droit/gauche) peut être utilisé pour trouver sa place. Regardez autour de vous et reconnaissez les profils des gens qui vous entourent, puis tâchez de vous montrer compréhensif envers ceux qui ne fonctionnent pas selon les mêmes systèmes que vous.

D’une part cela vous permettra de mieux comprendre les gens qui gravitent autour de vous et d’autre part cela contribuera à limiter les risques de conflits et faciliter leur résolution. Sachez reconnaître les points forts de vos pairs et entourez-vous des bonnes personnes, des gens qui vous seront complémentaires et qui pourront vous apprendre à devenir meilleurs là où vous avez des lacunes.

Dans la plupart des cas, que ce soit en entreprise où dans la création de projets, vos chances de succès sont déterminées par la qualité des personnes qui vous entourent et la façon dont leurs compétences interagissent avec les vôtres. Ouvrez vos yeux et votre esprit : écouter, observez, déduisez et apprenez !

Pour les postes d’encadrements ou toutes les personnes en position de leadership cet outil pourra vous permettre de reconnaître et dresser des profils avec vos employés. En comprenant ces profils, vous serez plus à même de leur attribuer des tâches correspondant à leur savoir-faire, pour tendre à une meilleure optimisation de vos ressources.

Attention tout de fois, cet outil n’est pas une science exacte puisqu’il dépend de l’interprétation de chacun. De plus, les personnes changent et évoluent et leurs profils ne seront pas toujours figés, aussi prenez garde à ne pas rentrer dans une classification bête et méchante basée sur vos interprétations : ce système reste un outil parmi beaucoup d’autres pouvant être exploité pour manager ses équipes.

Notez tout de même que la plupart du temps, vos équipes sont naturellement constituées de profils correspondant aux besoins des tâches à exécuter, car en bon manager, vous avez en vous la sensibilité requise pour comprendre les qualités de chacun. Et si ce n’est pas le cas, vous savez ce qu’il vous reste à faire ! Chacune de vos faiblesses n’est autre qu’une leçon de plus à apprendre.

 En conclusion

Si aujourd’hui vous avez reconnu en vous un profil en particulier, retenez une chose : rien n’est inscrit dans le marbre ! Votre comportement évoluera au fil du temps et des expériences que vous traverserez, ce qui veut dire qu’il est parfaitement possible d’inverser la manière dont sont exploités vos hémisphères. Vous pouvez apprendre à développer chaque hémisphère pour libérer tout votre potentiel et atteindre un superbe état de bien-être.

Vous pourrez par exemple aiguiser vos sens et affiner vos émotions pour les contrôler selon la situation ; ou encore apprendre à devenir organisé si vous parvenez à cadrer votre sens de l’observation. L’idée globale à retenir dans cet article est qu’en connaissant ses points faibles, il devient possible de travailler dessus en supprimant les pensées négatives qui cadenassent nos personnalités. Alors laissez-vous aller et osez croire en vos propres ressources, car en travaillant ainsi, il devient possible de surpasser les limites que l’on s’impose et exploser notre potentiel.

Merci pour votre attention, je vous souhaite une bonne continuation.

Benjamin Taral – Le Bossu

Partagez l'article

3 replies on “ Comprendre son cerveau pour exploiter ses points forts : apprenez à façonner votre potentiel ! ”
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *